Al-Boraq : Un projet titanesque qui change le visage de la région

Le lancement de la Ligne Grande Vitesse et de plusieurs lignes domestiques ont permis de relever un défi de taille, celui de la connectivité de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima. Ils permettent de soutenir la région aussi bien dans le domaine touristique que dans celui des affaires.

Le rôle que joue l’infrastructure dans le développement socio-économique d’un pays n’est plus à démonter. Il y a quelques années, le projet Al Boraq était au stade de projet, aujourd’hui, c’est une réalité. C’est d’ailleurs, l’un des projets phares qui se sont inscrits dans le cadre de la politique des grands chantiers insufflée par le Souverain.

Un projet inédit dans son genre au Maghreb et sur tout le continent africain, ayant mobilisé des investissements de l’ordre de 22,9 milliards de dirhams.

Par sa desserte bien pensée, ses temps de parcours (2h10min de Tanger à Casablanca), son confort et ses fréquences en amélioration continue (20 allers et retours / jour), le train à grande vitesse a permis de réduire le temps de voyage de la ville de Tanger aux différentes villes du Royaume. A l’occasion d’une récente rencontre, le Directeur général de l’Office National des Chemins de Fer, Mohamed Rabie Khlie, en passant en revue les indicateurs de performance du train à grande vitesse, avait annoncé que depuis leur exploitation, les 3000 trains Al Boraq qui ont circulé ont enregistré une ponctualité d’environ 98%.

Et d’ajouter : « Les atouts d’Al boraq continuent à s’accroitre au fil des jours grâce aux nouveautés qu’il ne cesse de révéler pour répondre aux besoins spécifiques de ses clients occasionnels ou réguliers à travers des formules d’abonnement finement conçues ».

Il y a quelques semaines, l’Office pour accompagner la période estivale, avait lancé un nouveau plan de transport. L’offre Al Boraq a été ainsi renforcée de 50% en termes de fréquence avec un train chaque heure, de 6 h à 21 h, totalisant ainsi 30 voyages sur l’axe Tanger-ville-Casa-Voyageurs.

Avec une telle fréquence, la région serait boostée sur le plan touristique sachant qu’elle est déjà promise à un bel avenir de par les différentes réalisations en infrastructures routière et autoroutière, portuaire et ferroviaire. D’ailleurs, en l’espace de deux ans, la région a vu sa capacité d’accueil passer de 6000 à 12000 lits. Les arrivées ont enregistré une hausse de 12% et les nuitées une croissance de 11% avec un taux d’occupation de 65%.

Mieux encore et dans la même lignée, avec la LGV et le lancement de plusieurs lignes domestiques, le port de plaisance sera mis à profit pour amener des touristes par voie maritime.

En matière des affaires, la LGV va permettre aux investisseurs d’être connectés aux autres villes notamment le centre du Royaume.

Sur le plan international, il ne faut pas oublier que Tanger est un carrefour connecté avec plusieurs capitales mondiales : Pour Paris, il faut 2h45mn de vol ; Madrid 1h; Lisbonne 1h ;  Bruxelles 2H42mn et Amsterdam 2H54mn.

C’est pour dire le nombre des affaires qui pourraient être nouées dans des timing rationnels. Pour répondre aux besoins des entreprises installées dans les zones industrielles et dans TFZ, la région va se doter d’un Palais des congrès de 1500 places qui sera aménagé au niveau de la marina.

Bientôt l’écosystème serait au complet et permettra à la région d’améliorer sa contribution au PIB national (10,2% en 2016).