Tourisme : Petit à petit la région renoue avec la croissance

Depuis plusieurs années, la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima a connu de très grandes mutations qui lui ont permis d’afficher l’image d’une destination touristique très prisée. Sachant que dans un passé récent, elle ne bénéficiait pas de la place qui lui sied malgré sa position géographique exceptionnelle.

Cette image de la région TTA cache l’attractivité qui diffère d’une ville à l’autre et c’est Tanger qui rafle la mise de par son statut de capitale de la région. Elle s’accapare plus de 75% des arrivées touristiques.

Les chiffres mensuels dévoilés par l’Office national marocain du tourisme (ONMT) montre que les recettes touristiques ont emprunté un rythme crescendo au cours des dernières années. En matière d’évolution des nuitées, Tanger affiche une performance de 6%.

C’est dans ce cadre que s’inscrivent les efforts déployés par les opérateurs pour développer un tourisme de niche selon les spécificités de chaque région. Le leitmotiv est de faire ressortir le meilleur de chaque destination et la promouvoir auprès de sa clientèle cible. La région regorge de ressources naturelles pour ne citer que les médinas de grande valeur historique et patrimoniale, un artisanat de grande portée économique et sociale…

Il faut toutefois reconnaître que l’intérêt devient plus important pour la région parce que l’Etat y a consenti d’importants investissements en termes d’infrastructures routière et autoroutière, portuaire et ferroviaire.

Aujourd’hui, la région a à son actif 297 établissements touristiques, une capacité hôtelière de 24.250 lits et 84 projets en cours de développement.

Autre avantage de taille est la mise en service de la ligne grande vitesse qui a réglé le problème de la connectivité qui était un défi de taille pour la région (1h10 min de Rabat à Tanger).

Dans ce sillage, il est même prévu la signature d’un accord entre Airabia et les autorités touristiques pour assurer sa connexion avec les autres hubs tels que Casablanca, Marrakech…

Grotte d’Hercule

Outre ses plages paradisiaques, ses belles montagnes et sa proximité de l’Europe, dans le domaine culturel, la région regorge de musés, de sites archéologiques (Kasnah Musuem, Musée archéologique de Tétoaun…). Elle peut se targuer également, des tombeaux phéniciens, de la grotte d’Hercule qui fait aujourd’hui l’objet de réhabilitation… et la liste est loin d’être terminée. C’est pour dire que les touristes ont l’embarras du choix entre la mer, les activités nautiques et les musées.

Aujourd’hui, même les acteurs de la région parlent de nouveaux projets culturels : le palais des arts et culture de Tanger.

Et ce n’est pas fini, le tourisme vert dans  la région se veut attrayant. Nous pouvons citer à cet égard, le parc national d’Al Hoceima et celui de Talassemtane. Le premier est la plus importante aire protégée de la côte méditerranéenne du Maroc. Le second offre à son tour des paysages naturels de grande valeur patrimoniale à l’échelle de la Méditerranée. Il englobe des vallées profondes et encaissées, creusées par les oueds à caractère torrentiel, des gorges aux falaises impressionnantes et des grottes abondantes.

La région offre également plusieurs activités, notamment : les randonnées pédestres, le skysurf, le surf, la plongée sous-marine, la pêche sous-marine, le trecking, etc…

Une chose est sûre : la synergie des efforts des différents acteurs que ce soient l’Etat, les opérateurs économiques, la société civile et les élus permettrait au fil des ans de faire de la région un modèle inédit de la rive sud de la Méditerranée.